Contribution de la diversité végétale aux compromis entre services ecosystémiques et à la durabilité des systèmes agroforestiers à base de cacaoyers

Date de mise à jour : 17 mars 2017

Les systèmes de cacaoculture agroforestiers du Centre Cameroun et d’Amérique latine sont caractérisés par une longévité d’exploitation remarquable résultant de la gestion simultanée des peuplements cacaoyers et de la communauté de plantes qui leur est associée

Cette communauté est en compétition avec la population de cacaoyers pour les ressources lumineuses et nutritionnelles, mais elle constitue un outil de régulation et de gestion de ces ressources et des habitats fournis aux pollinisateurs, ravageurs et maladies du cacaoyer, dans des systèmes à très bas niveaux d’intrants. Les espèces qui composent cette communauté ont des usages et des valeurs multiples, et font partie intégrante des stratégies de mise en place, puis de maintien, de la production de cacao par les agriculteurs sur le très long terme. En intégrant la très grande diversité de composition et de structure des communautés associées et des peuplements de cacaoyers, nous voulons comprendre les mécanismes qui garantissent la durabilité de ces systèmes agroforestiers. Il s’agit aussi d’analyser leur dynamique temporelle à travers l’évolution de leur structure et leur conduite technique au cours du temps. Notre objectif finalisé est de proposer les meilleurs compromis possibles entre la production de cacao et les services écosystémiques produits par la communauté des plantes associées, en fonction du niveau de service et/ou de production désiré par l’agriculteur.

Activité de recherche et localisation

Au Centre Cameroun, nous travaillons dans 4 zones de cacaoculture où ont été caractérisées plus de 200 cacaoyères agroforestières exploitées ainsi qu’une vingtaine de parcelles forestières ou savanicoles, écosystèmes témoins à partir desquels ces systèmes ont été mis en place. L’âge des cacaoyères s’étale de 4-5 ans à plus de 80 ans. Des chronoséquences ont été établies pour permettre une étude diachronique des variables étudiées. Chacune des 4 zones contribue à des travaux de compréhension générique sur le fonctionnement des systèmes agroforestiers et permet également de traiter des questions plus spécifiques. Des mesures en rapport avec la productivité, la diversité, la caractérisation de la ressource, les usages et fonctions des arbres associés aux cacaoyers y sont effectuées.

Au Pérou, nous intervenons dans le district amazonien d’Irazola où un réseau de 38 cacaoyères, ainsi qu’une centaine de parcelles en jachère et une trentaine de parcelles forestières témoins, ont été caractérisées. Des captures vidéo de pollinisateurs et des mesures de qualité des sols, de diversité végétale, des pratiques paysannes et de productivité des systèmes, nous permettent d’y quantifier 4 services écosystémiques : productivité, conservation des sols, pollinisation et capture du carbone, et d’en étudier les synergies et compromis (www.icrafamericalatina.org).

Partenaires

Projets

  • AFS4FOOD (EuropeAid/130-741/D/ACT/ACP, 2012-2015) : « Agroforestry for food », l’agroforesterie au service de la sécurité alimentaire.
  • SAFSE (AIRD, 2012-2015) : « Systèmes AgroForestiers et Services Ecosystémiques », Recherche de compromis entre productions et services écosystémiques fournis par les systèmes agroforestiers tropicaux. http://safse.cirad.fr/
  • STRADIV (Projet étendard LabEx Agro, 2015-2017): “System approach for the TRAnsition to bio-DIVersified agroecosystems”, une approche systémique pour une transition vers des agroécosystèmes biodiversifiés
  • FORECAST (Projet Open Science, 2016/2017): FORests and ECological intensification of Agricultural SysTems, Forêts et intensification écologique des systèmes agricoles.
  • SECURED LANDSCAPES (CGIAR, CRP 6)

Date de mise à jour : 17 mars 2017

Cookies de suivi acceptés